Papier, violette, filante 

Aloyse Taupier


15

3

Suivre

Résumé

Ce recueil est composé de textes courts. Chacun est un morceau de vie, une pensée, un sentiment. Vous pouvez les considérer indépendants les uns des autres, écrits par des personnes différentes. Ou alors imaginer qu'une seule main en a rédigé plusieurs. Vous pouvez tisser des liens entre ces textes, des relations entre leurs auteurs, ou pas. C'est entièrement à vous de voir. À la lecture, vous n’obtiendrez aucune grande vérité, aucune recette pour bien réussir sa vie. Simplement différentes visions, à différents moments. Ce recueil peut être vu comme une pile de vieilles lettres que vous auriez trouvées dans une malle poussiéreuse, au fond d'un grenier. Si cette image vous parle, et attise votre curiosité, plongez.








*Couverture réalisée par Mikonow*

Livre d'or

Partagez les saveurs de cette lecture

Connectez-vous pour ajouter un avis.

Ce qu'ils en disent...

Amabooksaddict — 08/04/2018

La couverture est vraiment chouette !

Martin Corinne — 11/07/2018

J'aime beaucoup ce qu'écrit Aloyse. Je trouve qu'elle arrive à rendre parfaitement l’atmosphère de chaque papier. On passe de la mélancolie, douceur, poésie à la colère, la révolte, la rage...Elle joue avec les mots et se joue d'eux. j'attends avec impatience la sortie d'un nouveau papier car on ne sait jamais ce que va être le sujet, si c'est un homme ou une femme qui va parler, si on va rire ou pleurer. La langue française est belle sous sa plume.

Julien Willig — 15/12/2019

Le temps de chaque Papier, l'on devient quelqu'un d'autre, le protagoniste de l'histoire d'une vie. Et on vit (avec) cette personne, on subit, on contemple, on se lamente ou on agit, à travers joie et bonheur, peine et affliction, toutes les surprises de chaque quotidien et les banalités d'une existence trépidante. Alors, le Papier nous entraîne dans un nuage d'émotions, un tourbillon qui se mue en maelstrom et nous mène jusqu'au cœur de cette existence, droit sur cette vérité unique qui révèle l'essence de chacun...
Mais n'oublions pas de nous réveiller à la fin : nous ne sommes ici que des visiteurs.