3

Antoine Bombrun

mercredi 15 avril 2015

Les Traqueurs

Prologue

Une lune cornue, quelques éclats d’étoiles entre les nuages.

Les restes mourants d’un feu de camp sur la grève. Au-dessus, un borgne au visage décharné penché sur les braises.

En contrebas, un ressac. Le grincement de la mer. Soudain, une voix déchira le silence :

« Raconte-moi. Ça fait trop longtemps, je ne me souviens plus… »

Commentaires

Salut !

Très énigmatique et intéressant :) Néanmoins, petite question. Sur : "Soudain, une voix déchira le silence :" -> pourquoi ne pas mettre déchire, pour rester dans le temps de l'action ?

A très vite ^^
 0
mercredi 12 septembre à 21h46
Bienvenue chez lez Traqueurs !
Alors, il y a plusieurs choses dans ce prologue... En fait, tout le début est en averbal, afin de placer une ambiance étrange, et surtout de placer le borgne comme quelqu'un qui n'agit pas. Puis le premier verbe, "déchira", est violent pour mettre en avant l'idée que c'est la parole qui sera acte dans le roman.
Ensuite, le verbe est au passé simple car le roman est classiquement au passé simple. On ne s'en rend pas compte à la lecture (à part dans de petits passages comme celui-ci), car tout le long de l'histoire c'est le narrateur qui raconte à l'intérieur du récit et qui lui parle au présent. Oui oui, tout ça est bien étrange et paradoxal, mais l'histoire elle-même l'est pas mal, étrange...
Bref, je me suis bien cassé la tête ^^
 1
jeudi 13 septembre à 20h50
La première phrase est quand-même grave stylée
 1
vendredi 21 septembre à 09h41