2

Julien Willig

vendredi 8 septembre 2017

Ce texte est réservé aux abonnés.
Souscrire à un abonnement

Commentaires

"Les ruelles de sable bâillent comme des vieillards impudiques : de simples gosiers de ténèbres presque solides, cernés de maisons pâles aux contours arrondis comme des quenottes polies. " J'aime beaucoup cette phrase, elle sonne super juste dans la description, elle m'a foutue froid dans le dos.

On commence à sentir le rapprochement entre les deux trames en effet, mais elles s'éloignent déjà aussi vite... Beaucoup de mystères !
 1
samedi 17 novembre à 09h57
Merci Julie :3
J'espère que la suite te plaira !
 0
samedi 17 novembre à 10h26