21

Marine Labaisse

vendredi 20 juillet 2018

Le Royaume d’Éna — Livre I

Chapitre 4

« Il n’est de distinction plus haute que le statut de Citoyen. Le Chancelier lui-même est le seul à pouvoir attribuer ce titre. Lors de son élévation sociale, le nouveau Citoyen doit choisir un nom de famille dont la première lettre reflètera son Astre de naissance.

— Et si son épouse n’a pas le même Astre ? Ou ses enfants ?

— Ils adopteront celui du Citoyen, en tant que Citoyens émérites. En revanche, s’ils sont promus Citoyens à leur tour et non plus par affiliation, ils auront la possibilité d’en changer.

— Ce ne serait pas plus simple si tout le monde avait un nom ? Pourquoi se contenter d’un prénom ?

— Votre Altesse, vous devez comprendre que seuls les plus méritants peuvent prétendre aux honneurs. Que deviendrait le royaume sinon ?

— Un royaume plus juste, peut-être. »

Cours oral du précepteur Nouq sur la Citoyenneté.



« En s’engageant au sein de la Confrérie, une recrue n’emporte que son prénom. Elle tirera un trait sur sa vie d’avant, sa famille et les éventuels prestiges associés. Elle perdra tout droit sur son statut ou son nom lors de son accession au rang de Guerrier. »

Extrait du Code de la Confrérie.



Dans un silence lourd, les portes de la ville-forteresse s’ouvrirent pour faire place au cortège. Deux cavaliers menaient la marche, suivi d’un charriot, puis du messager encadré par deux autres Guerriers à cheval. Il faisait encore sombre ; la dernière Lune disparaissait derrière les montagnes au nord. Lorsque la procession aurait quitté les abords de la ville, dans la discrétion la plus totale, la nouvelle ronde débuterait.

La colline sur laquelle la Confrérie avait été bâtie abritait des dizaines de maisonnées endormies. Elles s’étalaient jusqu’à la plaine pour laisser place aux champs dans lesquels les habitants s’échinaient au quotidien. Une armée de l’ampleur de la Confrérie nécessitait des vivres en nombre conséquent et une main-d’œuvre tout aussi grande. Les jeunes recrues et apprentis se joignaient parfois à la force agricole lors de leur formation : les paysans appréciaient tout particulièrement l’endurance des futurs Guerriers et les dons élémentaires des Mages en devenir. Les adolescents, eux, y gagnaient en humilité et sens du devoir.

Shana eut un petit sourire nostalgique. Elle n’avait pas eu besoin d’attendre son entrée dans la Confrérie pour découvrir la vie dans les champs et la difficulté du travail manuel. À presque quatorze révolutions, cela faisait bien longtemps qu’elle sentait les soleils lui brûler le dos et les muscles de son corps souffrir. Elle avait connu les courbatures, les insolations et la fatigue bien plus souvent que tous ses frères et sœurs d’armes. La bêche avait trouvé une place toute faite dans ses mains calleuses. L’adolescente s’était lancée dans la tâche sans la moindre explication des adultes qui déjà se pressaient pour aider les autres recrues. Personne ne l’avait approchée. De toute façon, elle doutait qu’ils eussent répondu à ses sollicitations si elle avait eu besoin d’eux. Elle n’avait jamais reçu les félicitations ni les frappes amicales dans le dos, alors même qu’elle avait abattu le double du travail de ses camarades. Elle avait mangé seule, dans un coin d’ombre, des rondes durant. Pourtant, elle chérissait ce souvenir d’apprentissage : rien ne pouvait être pire que sa vie d’avant la Confrérie.

« À quoi penses-tu ? » lui demanda sa sœur.

Lilly était assise face à elle dans le charriot, sa petite stature camouflée dans un large manteau pourpre, capuchon rabattu sur son visage. Le Commandant avait bien tenté de la convaincre de porter une cape blanche, afin que son identité soit cachée derrière la couleur d’un apprenti, mais Lilly avait refusé. Tout simplement refusé. Personne n’avait osé insister. Elle arborerait la couleur de son Astre envers et contre tout.

Shana soupira :

« Je m’interroge sur tes choix douteux.

— Douteux ? Je ne vois pas de quoi tu parles. »

Sa voix ne tremblait pas. Elle transpirait l’assurance de chacun des pores de sa peau.

« Ma présence ici, pour commencer, avança la Guerrière.

— Il me semble avoir déjà répondu à cette question il y a un rayon. Je ne changerai pas d’avis. »

Évidemment. Comme si « Tu es la personne en qui j’ai le plus confiance » était une justification suffisante pour mettre en péril une mission et sa propre vie. Shana avait tenté de la raisonner, de la convaincre de choisir n’importe qui d’autre. Elle était même allée jusqu’à refuser la tâche. Lilly n’avait rien voulu entendre. Et Lilly gagnait toujours, toujours.

Sa tête tombait sur le côté alors que le sommeil la prenait déjà. La pauvre enfant n’avait que peu dormi. Ils s’éloignaient tout juste des limites de la ville. Les quatre cavaliers qui les avaient escortés jusque-là prirent congé tandis que le charriot continuait son chemin. Le messager annonça qu’il partait au-devant pour prévenir de leur arrivée. Il leur faudrait pourtant plusieurs rayons pour rallier la capitale. Shana sentait bien qu’il avait pris cette excuse pour ne pas rester à leurs côtés ; ses regards méprisants étaient sans équivoque. Il disparut bien vite de leur champ de vision. À l’ouest, Gi étendait ses premières lueurs.

La jeune femme décida d’employer le début du voyage à nourrir le bois de son arme, puis à en aiguiser la lame. Elle ne saurait expliquer ce qui l’avait tant attiré dans le naginata, ce savant mélange de lance et de sabre. Elle se reconnaissait dans cette arme, et l’avait logiquement choisie lors de son ascension. Juste sous la lame, le bois était gravé du symbole de Fotiá, son astre de naissance, ainsi que d’une suite de courbes qu’elle savait être son prénom. Shana. À l’avant du charriot, elle avisa l’arbalète posée à côté du dernier membre de leur escouade. Sur le flanc droit de la crosse, Neró et un mot. Elle ne reconnaissait que trois des quatre lettres : le y de Lilly, le a et le n de Shana. Elle ignorait tout de la première lettre.

« Tyan. »

L’homme ne s’était pas retourné. Il avait répondu à sa question muette sans quitter la route des yeux, les mains serrées sur les rênes du cheval.

« Shana », l’informa-t-elle.

Aussi peu bavards l’un que l’autre, la conversation s’arrêta là. La musique incessante des roues qui tournaient sur la route pavée berçait la jeune femme. Elle laissa son regard errer sur la silhouette de son nouveau coéquipier : le soleil se reflétait sur ses courts cheveux blonds et il avait la peau hâlée. Certainement un fils de pêcheur de Näja, à l’ouest du royaume. Un grand pêcheur, plutôt, ou un commerçant : sa tunique était taillée dans un cuir de qualité que seuls les plus riches pouvaient s’offrir. Peut-être avait-il été Citoyen, avant. Peut-être avait-il eu un nom. Sa tenue à elle, fournie par la Confrérie, faisait pâle figure à côté.

Elle acheva l’entretien de son naginata et le posa à plat sur le sol du charriot. Le manche dépassait à l’arrière et Shana tremblait à chaque sursaut du véhicule, de peur de voir son arme tomber.

Face à elle, Lilly papillonna des paupières et se redressa. Elle leva presque aussitôt la tête vers le soleil, plus haut dans le ciel à présent. La tache ne cessait de croître en son centre.

« Tu es inquiète », déclara Shana.

La fillette acquiesça doucement :

« Jonah s’éteint. Je le sens. »

La Guerrière ressentit un pincement au cœur. Elle appréciait Jonah ; il était tout juste plus jeune qu’elle et l’avait toujours traitée avec ce qu’on pourrait appeler de l’amitié. Tout comme sa sœur, elle n’avait pas cru un seul instant qu’il ait pu trahir le royaume, sept révolutions auparavant. Le Réceptacle de Gi était la douceur incarnée.

« Est-ce que tu te rappelles de la dernière cérémonie des Astres ? »

Elle espérait ainsi remémorer de bons souvenirs à Lilly. Avant le Fléau, chaque révolution évoluait au fil des célébrations : le Zénith, l’Embrasement, la Grande Veillée, la Tempête, et le Renouveau. Mais la plus importante de toutes restait la cérémonie des Astres. Une dizaine de rondes durant, les habitants de tout le royaume rejoignaient l’une des trois grandes cités : Völlat, Näja ou Shogi. Les festivités n’avaient pas de fin. On chantait, dansait, priait. Quant aux Réceptacles, ils parcouraient ces villes pour apporter leur bénédiction au peuple.

Lilly esquissa un sourire :

« Ce pauvre Jonah a manqué se trouver fiancé à la fille d’un minier de Shogi qui avait trop bu. Heureusement que Zoya était là pour le sortir de ce mauvais pas. »

Les deux sœurs pouffèrent doucement.

« Et le Vénérable Mihren qui avait été porté par la foule de Näja.

— Wilann n’avait pas pu s’arrêter de rire pendant des rayons après ça ! »

Leurs propres rires résonnaient dans le calme environnant. Du haut de ses six révolutions, Lilly n’avait pas perdu une miette des célébrations et se souvenait de tout dans le détail. Encore une particularité qui forçait l’admiration de son aînée.

L’élan de joie s’éteignit pour laisser place à un sourire tendre sur le visage de l’enfant.

« Ils me manquent, tu sais. Zoya, Mihren, Wilann et Jonah. Je ne suis pas totalement moi sans eux. »

Depuis le Fléau, plus aucune cérémonie n’avait eu lieu. Le Chancelier d’alors en avait décidé ainsi, et peu s’y étaient opposés. Le Réceptacle de Fotiá les avait trahis, avec la complicité de celui de Gi. Beaucoup avaient perdu foi en eux, et les autres ne souhaitaient pas voir les trois Astres restants mis en avant. Cinq, ou rien. Lilly avait rejoint la Confrérie et ne l’avait plus quittée. Le Vénérable Mihren était venu lui rendre visite en de très rares occasions. Ils avaient fini par se brouiller lorsque la fillette avait soutenu que ni le Vénérable Wilann ni Jonah n’avaient pu causer le Fléau. Shana était la seule à savoir cela. Si quiconque apprenait que sa sœur restait fidèle aux traîtres du royaume, le danger serait grand.

« On va les retrouver. Le Chancelier Genvger nous en donne la chance, et on ne la laissera pas passer », répondit-elle avec aplomb.

La jeune femme réalisa alors la raison pour laquelle Lilly avait insisté sur sa présence : elle était peut-être la seule, en dehors des Réceptacles eux-mêmes, à saisir l’importance du lien qui les unissait. Elle était prête à tout pour le préserver, pour s’assurer que sa cadette puisse être heureuse. Elle le comprenait à présent. C’était sa mission. Personne ne pourrait l’accomplir mieux qu’elle.

Le regard que lui adressa Lilly confirma ses pensées et elle se surprit à sourire. Elles y arriveraient.

« Les rails sont en vue. Nous serons à destination dans deux ou trois rayons, tout au plus. »

La Guerrière sursauta : elle avait complètement occulté la présence du troisième membre de leur escouade.

« Oh… d’accord. Est-ce que vous voulez que je prenne le relai ? »

L’homme secoua la tête et se retourna.

« Non, profitez de votre sœur. Tout se passe bien, Vénérable ? demanda-t-il à la concernée.

— Tyan, je t’ai déjà dit que tu pouvais m’appeler par mon prénom. Et arrêtez de vous vouvoyer. Nous sommes une équipe maintenant. »

La surprise se peignit sur le visage de Shana. Ainsi, Tyan et sa sœur se connaissaient. Suffisamment, en tout cas, pour que Lilly lui fasse confiance.

« Tu fais partie de quelle unité ? »

Il ne restait plus qu’à s’assurer que cette confiance était bien placée. Le Guerrier jeta un regard par-dessus son épaule puis reporta sa concentration sur la route.

« Les Traqueurs. Ça va faire dix révolutions que j’ai rejoint cette unité. »

Ceci expliquait cela. Les Traqueurs étaient rarement présents à la Confrérie, seulement de passage. Ceux qui pouvaient prétendre en faire partie étaient triés sur le volet. Cette information rassura quelque peu la jeune femme : ils avaient un véritable Guerrier parmi eux. Elle acquiesça, plus pour elle-même que pour Tyan ; la présence d’un Traqueur était même logique dans une mission de sauvetage. Entre les pouvoirs de Lilly, de la Vénérable Zoya, et les connaissances de l’homme, ils étaient certains de retrouver les Réceptacles disparus.

« Regardez, on aperçoit Völlat ! »

Au même moment, le chuintement d’un train à vapeur se fit entendre dans le lointain. Le véhicule quittait la capitale pour rejoindre Näja, sur des rails construits à cent pieds du sol. Longtemps conduit par des Mages, il n’utilisait plus de magie et fonctionnait à présent à l’aide du charbon des mines de Shogi. Un épais nuage blanc apparaissait dans son sillage depuis. Shana resta sans voix devant cette gigantesque chenille de métal qui permettait de rejoindre l’une des deux plus grandes cités depuis la capitale. On parlait de bâtir des rails entre la ville côtière et la ville minière également pour former un triangle et éviter le détour par Völlat.

La Guerrière rêvait de pouvoir monter à bord du train : cela devait donner l’impression de voler. Mais seuls les plus fortunés pouvaient s’en offrir le luxe. Pour tous les autres, c’était carriole, cheval ou marche sur les routes du royaume. L’Avancée – comme l’appelait le gouvernement – ne se partageait pas. Une ronde prochaine, peut-être.

Plus loin encore, dans le nuage de vapeur, la haute colline se détachait du paysage. Dernier rempart avant les montagnes, Völlat resplendissait de ses pierres blanches baignées dans les rayons du soleil. À mi-chemin du sommet, la muraille séparait l’enceinte de la ville des habitations de la plaine, lesquelles s’étendaient à des lieues à la ronde. Tout autour encore, les vallons s’ornaient de champs et de vergers, les élevages paissaient et la mélodie des outils emplissait l’air.

La route descendit une pente et Völlat disparut de leur vue pour ne réapparaître que quelques divisions plus tard au détour d’un bosquet. Shana trépignait d’impatience. Tyan avait annoncé encore deux ou trois rayons avant leur arrivée. Elle pourrait voir Fos se lever sur la ville.

L’aventure commençait. Ses peurs s’évaporèrent soudain et la fièvre du voyage s’empara d’elle. Elle était prête. Elle en était persuadée.

Mais ses ongles labouraient la peau de ses paumes.

Commentaires

Elle est vraiment trop choutte cette Shana, décidément ! J'aime bien son caractère, il est attendrissant. C'est curieux qu'elle ait une telle place dans la Confrérie tout de même. Si on leur retire leurs privilèges et statuts sociaux, je suppose que c'est pour favoriser la discipline et la camaraderie dans les rangs ? Pourtant, elle est à l'écart. On pourrait penser que c'est à cause de cette "maladresse", mais ça ne me semble pas être ça. Tout d'abord, elle est habituée au travail manuel, c'est dit explicitement, et elle a l'air de faire un sacré boulot. Pourtant, elle reste a l'écart, malgré tout. Qu'est-ce qui peut bien provoquer un tel rejet... Sa petite sœur peut-être ? oO
Le portrait de Tyan a été un peu éludé je trouve, j'espère qu'on en saura très vite plus ! Idem pour notre petite réceptacle, dont on sait au final bien peu de choses, même s'il y a eu de la progression par rapport au chapitre précédent !
J'aurais bien aimé avoir une description du paysage, c'est dommage car c'était une belle occasion. La géographie se précise doucement, c'est bien ! La technologie aussi, nous voyons à présent apparaître un train à vapeur. Tu nous avais dit Steampunk, en veux-tu en voilà ! Même si je suis en manque de description quant aux décors de l'univers, de ce que j'ai pu en voir, ça me plâit beaucoup. Attention à la crédibilité, quand on associe différents niveaux technologiques (mais ça va, ça a l'air solide !) ;)
Je suis assez perplexe sur le fonctionnement de la Confrérie. J'aime beaucoup le world building et je suis atteint d'une précisionide aigüe dans ce domaine. Nous en avons déjà un peu parlé en privé, et à cette occasion tu m'avais parlé de la manière dont tu voyais son fonctionnement. La simplicité des explications à son sujet me perturbe un peu. Il s'agit là d'une petite bricole, mais je pense qu'une restructuration et quelques modifications feraient du bien à la Confrérie (du moins, si je sais effectivement tout ce qu'il y a à savoir, pour le moment).
Chapitre de transition simple, mais efficace. Ne nous fait pas trop languir pour la suite :P
 2
vendredi 20 juillet à 00h49
Je suis vraiment contente que tu apprécies Shana ! Et c'est bien, tu te poses les bonnes questions, je suis assez impressionnée par ta perspicacité. Tu devrais bientôt trouver quelques réponses à tout ça.
On aura l'occasion de découvrir un peu plus Lilly et Tyan par la suite, ne t'en fais pas. Ils sont partis pour rester un bon moment ensemble ;)

C'est vrai que le chapitre est pauvre en description. Je le remanierai certainement pour en ajouter un peu plus du coup. Quant à la Confrérie, tu ne sais pas encore tout, ce qui t'empêche de voir le tableau dans son ensemble, mais on pourra en discuter avec plaisir ^^
 2
vendredi 20 juillet à 00h55
J'ai aimé ce chapitre-là pour les petites informations apportées au compte-goutte à propos des Réceptacles. J'admets que ça a très clairement titillé ma curiosité ! J'ai envie d'en savoir plus sur le Fléau, sur les deux "traîtres" qui n'en sont apparemment pas (magouille du gouvernement, ou quelque chose de plus large encore que ça ? J'ai trop de questions !) j'aime beaucoup le personnage de Lilly, sans doute plus que Shana, que j'attends de découvrir un peu plus, comme les autres. En fait depuis le départ, c'est Alren. Il me plait beaucoup !
J'ai été presque surprise par l'arrivée du train même si j'ai fini par comprendre l'aspect steampunk de ton univers (vu que je n'en savais rien du tout en arrivant ici xD) bref, j'aime bien ce chapitre, il apporte de toutes petites réponses, juste assez pour que j'aie très envie de lire la suite !
Comme je n'ai pas commenté les autres chapitres, je le mets ici : Je trouve très intéressant et très travaillé le fait que tu uses d'une autre temporalité que la nôtre. L'idée de rayons, de révolutions, etc, de fêtes qui sont liées, ça étoffe ton récit et montre à quel point il est travaillé. Donc pour ça, bien joué ! Mention spéciale également à Völlat, qui est très originale et bien décrite :)
Seul petit point que je note : Quand je reviens sur tes chapitres, je remarque que le 1 et le 2 commencent avec le même verbe. Sur le 1 "Ses pas claquaient sur le marbre" et sur le 2 "La pluie claquait sur les toits des Hauteurs" je ne sais pas si c'est gênant, mais ça fait un peu redondant quand on parcourt tes chapitres !
Bref, c'est le feu, j'attends la suite!
 1
vendredi 20 juillet à 10h42
Aaaaaah mais ♡
Merci pour tout ! Je suis contente de voir que ça te plait, tu te poses de très bonnes questions et Lilly et Alren sont de très bons choix également. Quant au train, c'est génial s'il t'a surpris, c'était le but recherché !
Tu auras encore plein de choses à découvrir sur mon monde, tu n'es pas au bout de tes surprises ;)

J'avais pas capté pour mes chapitres, c'est bien vu ! Je vais rectifier ça :)
 0
vendredi 20 juillet à 10h48
Ah oui elle est jeune comme tout Lilly ! Elle est trop chou. Hâte d'en apprendre plus sur Tyan, il est très intrigant...
C'est sympa d'avoir un récapitulatif indirect des Vénérables, et ça amène un humour sympa^^ Par contre il est trop court ce chapitre, j'en veux plus T_T
 1
vendredi 20 juillet à 11h09
Oui elle a seulement 13 révolutions ! Mais elle est plus mature que son âge ;)
Tyan ♡ (j'aime tous mes personnages en fait xD)
 0
vendredi 20 juillet à 11h35
Chapitre court mais sympa ! J’aime bien découvrir les relations entre les personnages, et je suis curieuse sur celle qui existe entre Tyan et Lilly du coup. S’il n’est que peu présent à la Confrérie, comment s’en connaissent-ils ? Étant donné l’amitié qui lie les réceptacles, j’en me demande quelle va être l’an reaction de Lily quand elle va comprendre que Zola a quitté la ville... Ah et petite question, elles ont quel âge les deux soeurs ? Tu parles ici d’un événement quand Lilly avait six révolutions mais du coup quel est son âge actuel ?
 1
vendredi 20 juillet à 12h18
Encore de bonnes questions ! Vous êtes on fire les mushers, oh lala !
Shana a 26 révolutions et Lilly 13. Elles ont un grand écart d'âge. Le Fléau était il y a 7 révolutions :)
Merci pour ton commentaire !
 1
vendredi 20 juillet à 13h15
C'est des taiseux les Traqueurs, de toute façon
 1
samedi 21 juillet à 01h12
Hahahaha c'est pas faux !
 0
samedi 21 juillet à 10h04
J'ai très hâte de voir comment va fonctionner ce petit trio... Beaucoup de potentiel :D
Vivement le prochain chapitre, ça sera mon cadeau d'anniversaire :D
 1
dimanche 22 juillet à 14h38
Il va falloir que je sois à la hauteur pour ton anniversaire alors !
Le trio a du potentiel oui, j'ai également hâte de pouvoir les faire évoluer ^^
 0
mardi 7 août à 21h33
Tyan! ♡
Oui je sais pas je sens que je vais l'adorer..
Shana est toute mignonne mais je me pose beaucoup de questions à son sujet surtout sur le fait qu'elle soit autant à l'écart. Du coup je suis impatiente d'en apprendre plus dessus.
Lilly est très jeune
 1
dimanche 29 juillet à 19h29
Tyan ♡
Ah vous ne tarderez pas à savoir ce qui pousse les gens à se tenir éloignés de Shana, encore un peu de patience !
 1
mardi 7 août à 21h34
♡ chapitre plus lent que les autres. Moins d'actions et plus d'explications, c'est agréable d'en apprendre plus sur les réceptacles et leurs liens. J'ai envie de secouer Shana mais à part ça, elle est mignonne. J'ai hâte de voir son évolution ! Elle mérite de prendre confiance en elle, c'est l'aînée mince! XD Encore un personnage a découvrir aussi avec Tyan. **
Très jolie description de la ville et du train. Je m'y suis cru. Il manque peut être quelques descriptions du trajet pour vraiment être avec eux lors du voyage.
Impatiente de la suite !
 1
mercredi 15 août à 10h49
"C'est une brave fille" x)
Plus sérieusement, je vais reprendre ce chapitre pour essayer de l'étoffer un peu, notamment sur les descriptions oui. Merci pour ton retour ♥
 0
mercredi 15 août à 15h34
"Ce pauvre Jonah a manqué se trouver fiancé" > j'ai l'impression qu'il manque un mot... a manqué *de se trouver fiancé ?

Chapitre court mais qui permet de visualiser les alentours ! Tes images sont très chouettes :) Je serais curieuse de savoir pourquoi les Mages ne font plus fonctionner les trains eux-mêmes !

Les Traqueurs... ça fait un beau clin d'œil de meute ça :P
 1
samedi 25 août à 22h14

Citation de @KaroleSchifferling :
"Ce pauvre Jonah a manqué se trouver fiancé" > j'ai l'impression qu'il manque un mot... a manqué *de se trouver fiancé ?



Il me semble que les deux se disent mais je vérifierai ^^


Citation de @KaroleSchifferling :
Je serais curieuse de savoir pourquoi les Mages ne font plus fonctionner les trains eux-mêmes !



Tu le sauras en temps voulu ;)


Citation de @KaroleSchifferling :
Les Traqueurs... ça fait un beau clin d'œil de meute ça :P



Alors oui, même si le nom était choisi avant l'arrivée d'Antoine haha
 0
samedi 25 août à 22h31
Ok alors ! J'étais pas sûre pour le passage de Jonah et il me manque qqs heures de sommeil xD Si personne d'autre n'a relevé, sois tranquille !
 0
samedi 25 août à 22h40
Ça faisait un moment que je n'avais pu me plonger dans ton histoire et ça fait du bien de la retrouver ! =3
Le rythme change un peu avec ce chapitre qui est plus posé et nous permet d'appréhender un peu mieux la relation des deux sœurs ainsi que celle entre les Réceptacles. Il y a encore beaucoup de questions en suspens, comme celle du fameux Fléau, ou la raison pour laquelle Shana semble si isolée de la Confrérie. D'ailleurs, je me demande à quoi pouvait ressembler "sa vie d'avant la Confrérie"...
Comme l'a dit @Hugo, j'aurais moi aussi aimé un peu plus de descriptions concernant la ville et le paysage, surtout que la transition me paraît rapide entre le départ et l'arrivée. Du coup j'ai un peu de mal à me représenter la distance entre les deux villes et les différences entre les deux régions.
À part ça, j'aime beaucoup l'irruption du train à vapeur dans un monde où d'autres se déplacent encore à cheval. Tu évoques une fois de plus des différences sociales et cela semble avoir une grande importance dans ton univers. Je ne sais pas quel impact cela aura dans l'intrigue mais ça soulève des enjeux intéressants ;)
Bon, je go lire la suite =D
 1
jeudi 27 septembre à 12h40
Ça fait plaisir de te revoir ! On en saura plus sur le passé de Shana en temps voulu :) si je révélais tout dès le début, ça ne serait pas très intéressant.
Il faudra que je prenne le temps de retravailler ce chapitre à l'occasion oui. Je note toutes vos remarques avec soin !
Et oui, les différences sociales sont particulièrement marquées et importantes à Ezfëm ^^ je te laisse découvrir ce que ça donnera par la suite :)
 1
jeudi 27 septembre à 23h00