12

Karole Schifferling

vendredi 1 février 2019

La Mécanique du Temps – Tome 1 : Promesse

Prologue

Une brise printanière. Douce, agréable. C’est le vent qui vient nous faire ses adieux. Dos au poteau, mes jambes me lâchent. Je glisse mais les soldats s’en fichent, ils ligaturent mes poignets et s’écartent aussitôt.

Je ferme les yeux. Une seconde. Deux. Trois… juste le temps qu’ils s’en aillent.

Ils sont face à nous quand mes paupières se lèvent. Leurs manteaux sont épais ; leurs bottes, cirées. Ils s’éventent, semblent crever de chaud. Pourtant, jamais je n’ai eu aussi froid.

C’est à cause du soleil, je pense. Il ne prend pas la peine de nous réchauffer, nous, puisque d’ici peu, nos corps seront glacés pour toujours. On n’investit que dans ce qui en vaut la chandelle. Alors, il garde son énergie pour faire fondre la neige, et pour rosir la peau des bourreaux. Ils ont encore du sang à faire couler.

Je me redresse, maladroitement. Il y a sur ma gauche une silhouette familière : un jeune homme au visage blafard, amaigri par les sévices. Son regard croise le mien.

J’aimerais qu’on le relâche. J’aurais tout fait pour qu’on le relâche. Pour que son sourire illumine autre chose que mes yeux embués, pour qu’il retrouve sa mère, qu’il la serre dans ses bras. Pour qu’il dise à son père que ce n’est pas de sa faute, que la vie est ainsi faite et que, si l’on peut modifier certaines pages de notre histoire, d’autres, elles, sont impossibles à changer. Même si on essaye de toutes nos forces.

Les soldats s’alignent. Méthodiquement. Leurs respirations sont sourdes et leurs mouvements précis, tant ils les ont répétés au fil des jours. Deux d’entre eux approchent, un bout d’étoffe noire à la main. Je ne veux pas y faire attention, non, je veux les ignorer, longtemps, aussi longtemps que possible, mais mon ami les observe. L’un des hommes passe derrière lui. Je devine le deuxième dans mon dos. Sans attendre, mon regard se plante sur le ciel ; bleu, pâle, magnifique ; j’ancre cette image tellement belle au plus profond de moi, serre les dents à m’en décrocher la mâchoire… et mes paupières s’effondrent. D’un coup. Comme un linceul sombre sur une vie brisée. On place le bandeau sur mes yeux ; il empeste la sueur et les larmes, et les miennes, bientôt orphelines, roulent déjà sur mes joues.

Mes mains sont moites. Ma bouche est sèche. Mon cœur cogne tant qu’il s’apprête à imploser dans ma poitrine.

Se répand le bruit des fusils que l’on arme.

C’est la fin.

J’entrouvre mes lèvres, inspire autant d’air que cela m’est permis et me redresse à nouveau. Plus que quelques instants. Quelques secondes, peut-être. C’est le moment que choisissent mes souvenirs pour m’éclater au visage. Il y a des images, des voix, des parfums ; des douleurs et des rires, la douceur d’une étreinte…

Une promesse.

Une promesse que nul ne saurait tenir, à présent.




Les balles sifflent si fort que je ne m’entends pas mourir.

Commentaires

Ce prologue me file toujours des frissons. Il m'en aura donné des inquiétudes à vouloir deviner de qui il s'agit !
 1
samedi 2 février à 09h48
Ah, ravie qu'il ait toujours le même effet - les inquiétudes quant à l'identité de ces deux personnages en moins, aha. Merci Marine ♡
 1
samedi 2 février à 10h23
Belle mise à mort ! ... enfin, façon de parler x)
 1
samedi 2 février à 10h16
Hahaha, merci Julien !
 0
samedi 2 février à 10h23
Ce prologue est bouleversant. La phrase de fin claque parfaitement. Je te tire mon chapeau pour un aussi beau texte.
 2
samedi 2 février à 19h18
Un grand merci, Julie ! Je suis heureuse si ça t'a plu.
 1
samedi 2 février à 20h37
WAW !
Le moins qu'on puisse dire c'est que ça envoie sacrément du lourd. Ça vraiment envie de lire la suite, bravo :)
 2
vendredi 1 mars à 10h28
Merci Aeliana, ça fait très plaisir ! J'espère que la suite ne te décevra pas.
 0
vendredi 1 mars à 16h22
Comme tout le monde ici, je trouve ton prologue génial (mais ça, j’en doutais pas un seul instant ;)) !
Ce qui me scotche, c’est qu’on ne connaît pas les personnages et pourtant on a déjà de l’empathie et de l’affection pour eux !
 1
samedi 2 mars à 22h00
Un grand merci Léa, c'est trop gentil :D
Dommage que les persos en question soient déjà morts alors... hahaha
 0
samedi 2 mars à 23h08
Coucou ! Je me suis enfin lancée dans ton histoire, et je sens que ça me va faire mal. J'adore ton prologue. En fait, j'ai cru jusqu'au dernier instant que ça ne se finirait pas comme ça... C'est assez étrange comme sensation, mais j'ai l'impression que tu as tué deux personnages que j'aimais après de longues heures de lecture, alors que je ne sais absolument pas de qui il s'agit, et que ça pourrait être des méchants...
En bref, j'ai adoré, et je vais aller découvrir tout de suite de quoi il s'agit ! En espérant partir quand même à l'heure pour le boulot...
 1
vendredi 12 avril à 07h08
Coucou Léane !
Tu ne pouvais pas me faire un plus gentil compliment. En effet, qui sait, ils pourraient être des méchants, ha ha !

Merci tout plein, j'espère que la suite ne te décevra pas... et bonne chance pour la ponctualité !
 1
vendredi 12 avril à 17h01