0

Julien Willig

mercredi 5 juin 2019

Sous des milliers de soleils, I - Ocrit

Annexe : Codex Obscurien (Introduction/Système solaire/Astrologie)

Salutations, étrange créature venue de la Terre. Permettez-moi tout d’abord de me présenter : je suis Lavin de Vigante, humble Keroub et pèlerin du Remerciement de Lumière.

J’ignore ce que vous êtes réellement, et même quelles sont vos habitudes de vie. À en juger par votre apparence singulière, cette « Humanité » doit être des plus cocasses : vivre sur une planète recouverte d’eau, enfin ! Les conditions de votre arrivée parmi nous sont un mystère – les arcanes de Néant peuvent nous réserver bien des facéties, et vous êtes la dernière en date. Quoi qu’il en soit, j’ai cru saisir que la vie sur l’étoile-sanctuaire et l’égide de la sainte Obscurie vous étaient étrangères, aussi m’engagé-je, bien que modeste soit mon savoir, à lutter contre votre ignorance grâce à mes éclaircissements. J’ai donc rédigé cette présente encyclopédie, classée de manière thématique, à votre égard. Ses connaissances sont un peu complexes, mais je ne doute pas qu’en mobilisant persévérance et concentration qui, semble-t-il, vous font défaut parfois, vous puissiez en comprendre les bases.

J’ai pu parcourir brièvement l’essentiel de votre savoir terrien, si rustre soit-il, afin de l’employer comme outil de comparaison le cas échéant. Je ne vous demanderai qu’une chose en échange de cet enseignement : un don monétaire à la gloire de Lumière, de manière à entretenir le culte de notre Mère éternelle et d’en permettre la sensibilisation aux ouailles de l’Obscurie.

Vous devriez avoir là tout ce qu’il vous faut pour embrasser le destin que le Messager nous promet à tous. Ainsi je vous souhaite, étrange créature venue de la Terre, une lecture aussi douce qu’instructive.

Que Lumière inonde votre chemin,


Lavin de Vigante,

Pèlerin du Remerciement de Lumière.





Système solaire


Il est bon de commencer toute encyclopédie par un propos général : quoi de mieux ici que de partir depuis l’infiniment grand !

Vous le savez : « avant, il n’y avait rien. Soudain, Néant prit conscience de son existence », comme il est dit dans le Grand Livre de l’Obscurie. Néant s’éveilla et l’Univers naquit en Son centre. Dans une extension gigantesque, Il grandit et s’affirma à mesure que naissaient astres, nébuleuses et trous noirs. Vous n’ignorez pas non plus qu’Il créa Lumière, sa compagne, à partir de Lui-même, et qu’Il la lança dans l’immensité de son espace afin de disséminer les graines de la vie. Lumière distribua donc ce précieux don dans son sillage, mais les forces vinrent à lui manquer. Ainsi, Néant jeta Sa langue, le Serpent de la Création, pour l’assister. Mais, à bout de force, ils succombèrent tous deux aux confins de l’Univers.

Or, c’est là que nous nous situons. Plus précisément, notre étoile est la dernière de tout l’Univers : l’ultime enfant de Lumière. Nous nous trouvons à la lisière du Tombeau de Lumière, au bout de la Nébuleuse du Serpent – que leurs dépouilles, qui formèrent les dernières des galaxies, soient sanctifiées. Comme l’expose le Grand Livre de l’Obscurie, les deux derniers astres nés furent les jumelles Ocrit et Taraben. L’on raconte qu’il s’agirait des yeux du Serpent, mais de tels faits sont loin d’être prouvés ; leur puissance aurait pu suffire à alimenter des nébuleuses entières…

Ces deux étoiles dérivèrent jusqu’au bord du cosmos et, lentement, se séparèrent. Autour d’elles dansèrent et s’amoncelèrent les roches, jusqu’à former leurs systèmes solaires. C’est tout ce que nous savons sur Taraben. Mais Ocrit demeure, et sa couronne d’astres avec elle, à la limite du grand rien de l’autre côté. Pas la moindre poussière, pas le moindre éclat d’étoile. Seulement du vide, une étendue noire que même Néant n’a pas percée.

Passé ce rapide préambule, intéressons-nous maintenant au système ocritien proprement dit, avec la liste de ses astres remarquables – il existe bien sûr une foultitude d’autres satellites, aussi ai-je choisi de me concentrer sur les objets habitables.


1. Le Croc du Serpent

Commençons par ce qui nous vient de l’extérieur : le Croc du Serpent est ce que l’on pourrait appeler une ceinture d’astéroïdes. Celle-ci est constituée de la poussière du Serpent même, qui expira pour nous. Si ses débris n’ont que peu d’intérêt stratégique, leur présence est bien entendu des plus prestigieuses.


2. Ocrit

Avant toute chose, sachez qu’Ocrit est un soleil, et non une planète comme celle que vous avez eu arpentée. Bien entendu, il bénéficie d’un véritable nom : l’appeler « Soleil » eut été des plus fantaisistes ! Les témoignages de la Guerre de Nephel, à la surface de Nephel, ou les dires des éons s’accordent sur une chose : Ocrit était une étoile jaune. Quant à sa taille et à son apparence, nul ne peut y répondre, car les terres-plaques recouvrent toute surface habitable. Seuls les équipages des léviathans ont eu le loisir de contempler l’étoile depuis l’espace, mais leur savoir est classé secret et ne doit en aucun cas leur être arraché. Nonobstant, c’est la « structure Ocrit » connue comme l’étoile-sanctuaire qui nous intéresse, aussi allons-nous la décrire plus en détail.


3. L'étoile-sanctuaire

La structure Ocrit pourrait être qualifiée de station spatiale : c’est un ensemble de terres-plaques qui s’agence en une configuration toujours mouvante. Les raisons de ce déplacement ne sont pas clairement connues, même si l’on peut en retirer plusieurs hypothèses, comme la récolte de gaz solaire nécessaire à la vie sur la station, la gestion des « jours » à la surface – les halos orangés qui surgissent à l’horizon –, ou encore l’entretien des plaques tectoniques. L’étoile-sanctuaire est le seul lieu de vie dans tout le système, désormais. L’ensemble est maintenu et protégé par un champ de force nommé Phylactère, qui dispense atmosphère et air respirable sur sa surface habitable, ainsi qu’un compensateur de gravité et un bouclier planétaire. Les terres-plaques furent forgées dès le vivant du Messager, grâce à sa puissance formidable : Il modela les matériaux issus du Croc du Serpent et de différents astres dans le système. C’est aujourd’hui le Saint Ouvrage sur lequel nous vivons.


4. Néphel la morte

Le premier astre digne d’intérêt à avoisiner Ocrit est Nephel, une grande planète rocheuse. Son climat était tempéré, avec des mers, glaciers, jungles et déserts, où la vie pullulait grâce à son atmosphère et ses conditions idéales. Des hypothèses de l’époque du Messager font état d’une planète similaire et aussi riche en biomasse dans le système Taraben, mais elles en sont réduites à de simples spéculations. Quoi qu’il en soit, la surface de Nephel fut intégralement détruite lors du triste épisode de sa trahison : la terre s’éventra, le feu jaillit, et le ciel cracha sa glace sur les peuples qui arpentaient son sol. Cet événement donna lieu à l’exode sur l’étoile-sanctuaire, et jamais plus le sol de Nephel ne fut foulé. Elle mourut, et ses plaques tectoniques furent recyclées dans l’édification du Saint Ouvrage.


5. Ylüne et Kosteth

Ylüne et Kosteth sont les lunes jumelles de Nephel. De taille et d’aspect similaires, ces sphères volcaniques sont hostiles à la plupart des ouailles de l’Obscurie, car elles ne disposent pas d’une atmosphère suffisamment protégée. Kosteth, représentant Néant, est recouverte de glaces et de roches rouges, quand Ylüne, représentant Lumière, est de jungle aux frondaisons couleur d’or, sillonnée des ravins. Les deux sont montagneuses, et tout le temps assaillies par des tempêtes de grande violence. Elles furent néanmoins le berceau de nos fières Dracènes, seules créatures assez farouches pour y survivre, et de leurs mâles Draconens, bien que l’on ignore toujours comment une même espèce put naître sur les deux astres à la fois – selon une hypothèse, les atmosphères d’Ylüne et Kosteth se sont parfois mêlées lors de leur rotation, ce qui a permis aux Dracènes et Draconens de coloniser ces deux lunes. Outre la naissance des Dracènes, les astres jumeaux sont loués car ils fournirent un apport non négligeable en énergie lors de l’exode, et à ce titre furent élevés en divinités dans le panthéon obscurien ; Ylüne et Kosteth sont les déesses protectrices des faibles et des voyageurs, en plus d’être, pour la première, l’incarnation de la guerre, et pour la seconde, celle de la paix.


6. Pitamn la silencieuse

Comme votre système solaire, étrange créature venue de la Terre – on ne m’ôtera pas l’idée que vos noms souffrent là d’un grand manque d’originalité –, le système Ocrit possède une géante gazeuse dotée d’anneaux. Notons tout de même que ceux de Pitamn sont jumelés : d’après la légende, leur vue depuis Zvat était exceptionnelle. C’est son gaz qui fournit assez de carburant aux explorateurs Keroubs pour rejoindre les autres astres du système. C’est d’ailleurs sa seule utilité véritable, n’abritant ni vie ni aucune autre ressource, d’où son surnom, un brin fataliste, de silencieuse.


7. Zvat la sainte

Zvat est l’unique lune à graviter autour de Pitamn – en réalité, sa taille pourrait la faire passer pour une petite planète. Elle est principalement rocheuse, mais de nombreuses mers la recouvrent : leurs bords virent la naissance des Keroubs, gracieux êtres et habiles nageurs. Ceux-ci, les Précurseurs, se fortifièrent, développèrent leurs sciences par leur intelligence remarquable, et bâtirent la première civilisation brillante du système. Au fil des découvertes et des colonisations sur Zvat, ils dénichèrent l’espèce des Gargoules dans les galeries montagneuses – vous n’en doutez pas, la force et le charisme des Keroubs leur permirent de soumettre sans mal les troglodytes, qui se glissèrent avec ferveur dans leur manteau de zêlés serviteurs. Alors que la population foisonnait à la surface de la petite Zvat, les Keroubs commencèrent à s’intéresser aux astres : d’une conscience commune apparut alors la religion de Néant et Lumière. Puis cette idée devint mission divine quand chacun put entendre, au fond de son esprit, la prophétie du Messager.


8. Sorkat l'errant

Il s’agit du monde Rhakyt, une grosse planète volcanique en bordure du système. Les Rhakyts y ont été découverts lors d’une expédition keroube censée glaner des ressources d’énergie : les prouesses technologiques des explorateurs eurent tôt fait de convaincre les indigènes que les visiteurs maîtrisaient la « magie des cieux et du feu purificateur », leurs canons à plasma n’ayant pas tardé à fondre la peau des colosses les plus belliqueux. Très peu de faune et de flore subsistent sur Sorkat, mais les récits keroubs font mention de gigantesques oiseaux de pierre, les lithodactyles, potentiellement destructeurs… Après plusieurs générations d’études, les Keroubs se rendirent compte que Sorkat suivait une orbite tellement décentrée qu’il semblait parfois disparaître du système, d’où son surnom « d’errant ».




Astrologie


Maintenant que nos astres n’ont plus de secret, laissez-moi vous introduire à cette science cosmique qu’est l’astrologie. Les Précurseurs virent l’arrivée du Messager dans leur observation des étoiles : elles peuvent nous délivrer bien des dires. Il est désormais de tradition, pour chaque sujet, d’avoir son signe astrologique calculé par les Gargoules à l’origine de son baptême.


1. Astres ocritiens

Les astres principaux du système solaire d’Ocrit, au regard de leur histoire menant à l’apparition du Messager et de la fondation de l’étoile-sanctuaire, sont depuis utilisés pour la lecture des cieux. L’Astre-monde que nous foulons, Ocrit, devint évidemment le point de départ du calcul. Sa jumelle, la lointaine et solitaire étoile Taraben, est le second point de l’alignement ; nous l’appelons le « Référenciel ».

L’astre élémentaire le plus proche de l’alignement lors de la naissance d’un sujet, entre l’étoile-sanctuaire et le Référenciel, détermine l’élément qui lui est affilié. Suivant la configuration des cieux, des astres ascendants peuvent intervenir pour nuancer le calcul.

Les astres élémentaires sont les suivants : les jumelles Ylüne et Kosteth, la sainte Zvat et Sorkat l’errant. Les astres ascendants sont les suivants : Pitamn aux deux anneaux et Nephel la morte.


2. Alignements communs

L’alignement de Zvat avec l’étoile-sanctuaire et le Référenciel détermine l’élément Eau, signe d’un sujet bon et fidèle.

Kosteth donne l’élément Terre, signe d’un sujet solide, mais commun.

Ylüne délivre l’élément Feu, pour un sujet fort et passionné.

Enfin, Sorkat confère l’élément Air, attribut d’un sujet inconstant et indépendant.

Du fait de la durée différente de rotation des astres autour d’Ocrit, les éléments ne disposent pas de la même chance d’être attribués. La Terre et le Feu sont les plus fréquents, et l’Air le plus rare.


Un alignement parfait entre l’astre élémentaire, l’étoile-sanctuaire et le Référenciel, donnera le rare ascendant Orichalque, attribué aux chanceux et aux favorisés.

Parfois, les ascendants peuvent s’inclure dans l’alignement. Ainsi, si Pitamn se trouve plus proche du Référenciel que l’astre élémentaire, le sujet est d’ascendant Bois : un saint dévoué à l’Obscurie. Si Nephel est la plus proche du Référenciel, le sujet est d’ascendant Poussière : un égaré qui suscite la méfiance.


3. Alignements exceptionnels

Il existe également des alignements rares, au-delà de l’Orichalque. Ainsi, un double alignement entre Ocrit, le Référenciel, les astres élémentaires et ascendants peut donner plusieurs résultats : Stellaire-Bois, celui d’un élu qui marquera l’Histoire ; Stellaire-Poussière, du pénitent au destin imprévisible ; et Stellaire-élémentaire, un double alignement d’astres élémentaires, le plus proche d’Ocrit déterminant l’élément.


Enfin, extrêmement rares, à en croire les registres de naissance, peuvent tomber les signes Triple-Bois, pour un Stellaire-élémentaire aligné avec Pitamn, et Triple-Poussière, pour un Stellaire-élémentaire aligné avec Nephel. Le premier serait voué à devenir un élu profond, tandis que le second se verrait condamné à une pénitence profonde. Dans les temps les plus durs de l’Obscurie, ces derniers étaient parfois incarcérés dès leur naissance pour prévenir tout méfait grave à l’encontre du Messager. Mais, avec le lent glissement de cette science parmi les traditions populaires, l’astrologie perdit de son aura impérieuse et devint moins irréfutable. Des voix s’élevèrent contre ces pratiques jugées trop extrêmes, ce qui mit fin à ces mesures d’urgence. Dorénavant, une naissance avec un tel alignement n’est plus que célébrée avec des festivités à thème, selon le degré de croyance de la famille du nouveau-né envers l’astrologie – vous l’imaginez sans mal, les parents d’un Triple-Poussière choisissent généralement de faire profil bas.


4. Registre de naissances

Mais bien sûr, vous ne liriez pas ceci sans l’espoir de glaner quelques indiscrétions sur les protagonistes de cette histoire. J’ai donc pris soin d’établir une liste pour vous, mentionnant également les lieux et dates de naissance de chaque sujet concerné – la section « Mesure du temps », plus loin, vous aidera à les interpréter. Ainsi, voici ce que révèlent les registres de naissance :

- Abriel [nom effacé par le sceau de l’Obscurie], né à Molenravh, en 687-P2/2/H3-[6’33] sous Zvat.

- Thalie d’Ormen, née à Ormen, en 694-S3/6/H1-[18’28] sous Sorkat avec ascendant Triple-Bois Kosteth.

- Cédalion [nom effacé par le sceau de l’Obscurie], né à Molenravh, en 684-K4/4/H5-[3’01] sous Kosteth avec ascendant Orichalque.

- Lyuba [nom effacé par le sceau de l’Obscurie], née à Abyla, en 692-P1/2/H1-[11’11] sous Ylüne.

- Ruth Bel-Hïn, née à Lengel, en 698-O2/3/H2-[21’56] sous Zvat avec ascendant Bois.

- Nilith [nom inconnu], née à Béthanie, en 709-K1/1/H4-[4’10] sous Ylüne avec ascendant Poussière.

- Lua, Gargoule née en 705-S2/3/H3-[12’00] sous Zvat.

- Lupart, Gargoule née en 652-K1/6/H2-[22’16] sous Zvat.

- Fremyn, Gargoule née en 663-O1/6/H1-[35’34] sous Ylüne.

- Neptis, vénérable Keroub né en 588-P4/4/H2-[33’02] sous Kosteth.

- Artaphernas, vénérable Keroube née en 561-K4/2/H5-[12’34] sous Zvat avec ascendant Stellaire-élémentaire Ylüne.

- Anthémis [nom inconnu], né à Lengel, en 682-O4/1/H2-[16’48] sous Zvat avec ascendant Orichalque.

- Philandre Fangeron, né à Abyla, en 685-S2/5/H5-[4’52] sous Kosteth.

- Shavo [nom effacé par le sceau de l’Obscurie], né à Molenravh, en 663-S3/6/H3-[15’23] sous Sorkat.

- Eshana [non inconnu], née à [lieu inconnu], prétendument en 697-P2/4/H4-[vers 28’56] sous Ylüne.

- Saren Rahn, né à Lengel, en 680-O4/2/H3-[17’51] sous Sorkat.

- Béor, travailleur Rhakyt né en 667-K1/5/H2-[entre 25’02 et 31’12] sous Kosteth.

- Lavin de Vigante, vénérable Keroub né à Vigante, en 643-S2/4/H1-[34’21] sous Zvat avec ascendant Stellaire-Bois.

- Antée, Gargoule née en 590-S4/1/H5-[01’05] sous Zvat.

- Ellis, vénérable Keroube née à Vigante, en 679-P4/3/H2-[35’17] sous Kosteth.

- Khadel, Gargoule née en 633-K2/6/H2-[06’00] sous Zvat.

- Éloane Mila-Brën, née à Lura, en 700-O2/6/H1-[12’14] sous Ylüne avec ascendant Stellaire-Bois.

- Kia Bahn, née à Lengel, en 698-P3/2/H1-[21’12] sous Sorkat.

- Janel [nom inconnu], née à [lieu inconnu], en 688-K4/1/H4-[degré inconnu] sous Ylüne avec ascendant Triple-Poussière.

- Myriel [nom inconnu], né à [lieu inconnu], en 688-K4/1/H4-[degré inconnu] sous Ylüne avec ascendant Triple-Poussière.

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis !